À voir absolument: le nouveau documentaire ‘The Human Shelter’

Un homme et une femme bioen habillés dansent devant un bâtiment vert.

À voir absolument: le nouveau documentaire ‘The Human Shelter’

À l'occasion d'une collaboration spéciale, IKEA a financé le dernier documentaire du réalisateur primé Boris Bertram: ‘The Human Shelter: Une expédition à travers ce qui fait une maison’. Actuellement en tournée dans le circuit international cinématographique, regarde la bande-annonce et apprends-en plus...

Regarde la bande-annonce!

Raconté en sept chapitres, le film nous présente différentes habitations éparpillées aux quatre coins du monde. Il s'ouvre avec des éleveurs de rennes samis en Norvège et se termine dans une cabane isolée en Islande. Entre les deux, il nous emmène à New York, dans un camp de réfugiés en Irak, dans une habitation de la NASA à Hawaii, dans une cabane en Ouganda, dans de tout petits espaces de vie Tokyo et dans un bidonville au Nigéria.

Boris Benjamin Bertram, réalisateur de documentaires primé.

Rencontre Boris Benjamin Bertram

Boris B Bertram est un réalisateur de documentaires qui s'intéresse à la résolution des conflits et à l'humanitaire. "Au cours de ma carrière, j'ai filmé des gens qui fuyaient la guerre et les catastrophe naturelles, des personnes en mouvement, sans maison", dit-il. "Shelter est le premier concept dans lequel nous avons une maison. Un endroit où nous sommes supposés nous sentir en sécurité. Voilà comment m'est venue l'idée du film.”

Une fille lisant un livre devant un satellite de fortune et des bâtiments temporaires.

À l'abri des conflits

Le documentaire offre un aperçu de la façon dont les gens vivent dans des circonstances difficiles, en explorant des idées d'abri, de foyer et d'appartenance. Dans un camp de réfugiés à Arbat, une fille partage son poème. Bienvenue chez moi, voici la tente des autres et la mienne", dit-elle. Aide-moi pour que je puisse rejoindre ma communauté."

Une femme marchant à travers un paysage enneigé désert avec un restaurant en arrière-plan.

Un coup d'œil aux styles de vie nomade

Le film explore aussi la notion de maison comme endroit unique. Dans le paysage enneigé de Kautokeino en Norvège, les Sami, éleveurs de rennes nomades décrivent la nature transitoire de leur maison. « tu peux dire que j'en ai beaucoup", dit l'un d'eux. L'hiver, le printemps, l'été et l'automne. J'emménage et je m'établis dans quatre endroits différents."

Une femme jouant du violon devant une structure fabriquée à la main dans un paysage aride.

Vivre dans des environnements extrêmes

Même les environnements naturels et les habitations les plus difficiles peuvent devenir des maisons. À Hawaii, un équipe vit isolée dans une habitat de la NASA pendant 8 mois sur des terres volcaniques arides et simulent la vie qu'ils pourraient mener lors d'une mission sur Mars. "Au fil du temps, c'est devenu un endroit vraiment confortable et familier", confie un membre de l'équipe lorsqu'ils émergent finalement de leur capsule le Jour de sortie.

Une femme prenant une photo d'un paysage urbain à travers une fenêtre.

Différentes perspectives urbaines

La vie en ville est examinée sous plusieurs angles. À Tokyo, une femme a transformé son petit appartement en un laboratoire de photo. "Je vis ici toute seule, dans un coin sombre avec mes photos, dit-elle. "Bien sûr je me sens souvent seule. Mais lorsque je me mets au travail, je m'oublie et je me surpasse. C'est important pour moi qui vis dans un Tokyo bruyant et animé."

Un homme au costume coloré dirigeant une barque à travers un bidonville flottant en bois.

Un aperçu de la vie sur l'eau

Le film montre différentes manières de vivre. Dans un bidonville à Lagos, au Nigéria, des résidents parlent de leur quotidien. Dormir sur l'eau, c'est comme dormir n'importe où ailleurs", dit un homme. "Ça a des hauts et des bas. C'est une de nos traditions de rester proches de notre famille. C'est ce que j'aime ici, je vis entouré de mes proches."